Collectivités locales

L’étude « Les Français et l’aménagement des espaces intérieurs » réalisée pour FCBA / NF, est destinée à comprendre et analyser le rapport des Français à leurs équipements mobiliers pour mieux cerner leur niveau d’information, leurs appréciations et attentes pour l’avenir.

 

Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 1049 personnes.

 

A. La qualité au cœur du choix des meubles pour les Français

 

Aujourd’hui les Français qui travaillent ou étudient déclarent passer près de 9h44 assis chaque jour : 4h10 chez eux, 58 minutes dans les transports et 4h36 au bureau ou sur leur lieu d’études. Dans ce contexte, la qualité du mobilier disponible (sièges, bureau, tables, etc.) se situe au cœur des enjeux de bien-être.

Dans l’attente d’un matériel de qualité, les actifs expriment le sentiment qu’ils ne sont pas suffisamment consultés sur leurs attentes concernant le mobilier sur leur lieu de travail : 68% estiment qu’ils devraient l’être davantage. Le mobilier de bureau constitue ainsi un véritable sujet de préoccupation chez les actifs.

Les Français se montrent davantage satisfaits des meubles qu’ils ont chez eux que dans les autres lieux de vie qu’ils fréquentent, parce qu’ils peuvent en choisir les qualités et les attributs en fonction de leurs attentes spécifiques. Le choix du mobilier domestique repose ainsi sur quatre piliers : la qualité (94% important), le caractère fonctionnel (93%), le prix (93%) et l’esthétique (92%).

Au-delà de ces principales préoccupations, déterminantes pour l’achat de mobilier, la question de la résistance des meubles entre en jeu, à la fois par l’attention à la durabilité (88%) et par l’attention aux matériaux utilisés (84%). Les enjeux liés à la protection des personnes préoccupent également fortement les Français, qu’il s’agisse de garantir la sécurité (matériaux et formes non blessantes, bords arrondis, etc., 81% - et jusqu’à 89% chez les seniors) ou la santé (matériaux non pathogènes, respectueux de l’homme, 77%) ; Autant d’enjeux dans lesquels la labellisation et les normes, nationales ou européennes (68%), jouent un grand rôle.

Plus en retrait, les enjeux liés à l’impact social et environnemental sont moins déterminants lors du choix d’un meuble, quoiqu’ils demeurent importants. 66% des Français prennent ainsi en compte l’impact écologique et environnemental de la production du meuble lors de son achat.

 

B. Le meuble, partenaire des nouveaux modes de vie et de consommation des Français

 

Au cœur des enjeux actuels, la question de la consommation responsable a imprégné l’ensemble de la vie des Français et l’achat de meubles ne fait pas exception : 75% estiment qu’ils ont adopté un comportement responsable les concernant (jusqu’à 79% chez les personnes de 50 ans et plus).

Outre ces nouveaux types d’achats, les Français ont déjà souvent rencontré des désagréments avec leurs meubles et notamment des enjeux de fiabilité. 44% des Français estiment ainsi qu’ils sont plus soucieux qu’il y a cinq ans du fait que leurs meubles garantissent leur sécurité et celle de leurs proches. En ce sens, 39% d’entre eux se montrent également plus attentifs au fait que leurs meubles répondent à des normes et des labels.

 

C. La norme NF bien connue des Français

 

La certification NF bénéficie dans sa mission d’une très bonne notoriété auprès des Français. La seule marque qui émerge réellement dans l’esprit des Français est la marque NF (23% de citations). Dès lors, ils se prononcent en faveur de sa promotion.

Distributeurs, centrales d’achats et acheteurs publics sont incités par les Français à entrer dans une démarche de transparence, d’information et de promotion concernant les meubles certifiés NF. Les Français estiment qu’ils pourraient gagner à ce que la présence de la marque soit valorisée pour le mobilier de tous leurs lieux de vie : bureaux (92%), bâtiments publics (91%), commerces et restaurants (91%) et même chez eux (88%). Les Français témoignent ainsi de leur appétence pour davantage de transparence et d’information sur leur mobilier de la part des acteurs du secteur et de la part des responsables des lieux qu’ils fréquentent.

 

D. Nouveaux usages du mobilier : comment NF permet de s’inscrire dans une économie moderne centrée sur le partage et l’éthique

 

Si les Français se montrent si favorables à la diffusion et à la promotion de la marque NF, c’est qu’ils en mesurent les apports pour leur mobilier. On constate que NF constitue un facteur de confiance pour s’inscrire dans une démarche plus responsable.

Finalement, les Français estiment, une fois mieux informés sur la certification NF et ses garanties, qu’elle peut jouer un rôle concret dans la nouvelle économie qui se développe et à laquelle ils participent.

Plus qu’un autre, un meuble NF est pour les Français susceptible d’avoir un impact positif sur l’environnement (76%), sur la santé (73%), de s’inscrire dans un mode de consommation raisonné (72%) et de favoriser l’économie de partage (70%).

 

En conclusion, cette étude révèle que la certification NF constitue un atout pour le consommateur, dans la mesure où elle agit comme un facteur rassurant. Permettant davantage de confiance en termes de solidité, de sécurité et de durabilité, NF facilite la confiance en son mobilier.

 

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

  • Entretien avec François Pupponi Président de l’Anru
    Entretien avec François Pupponi Président de l’Anru Depuis sa création en 2004, l’agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) met en oeuvre des projets de renouvellement urbain afin de transformer les conditions de vie de millions d’habitants. Le nouveau président de l’Agence, François Pupponi, compte agir à une autre échelle et entend, notamment, s’impliquer dans les questions d’emploi, de logement mais aussi d’attractivité des quartiers. Vous avez été nommé président de l’Anru par décret du président de la République en date du 5 novembre 2014. Quelles sont…