Collectivités locales
Le musée d'Orsay, à Paris Le musée d'Orsay, à Paris

Un plan d'action en faveur des territoires culturels prioritaires

Une cartographie des équipements culturels publics du territoire par bassin de vie, établie par le ministère de la Culture en 2017, dresse le constat suivant : il existe des disparités territoriales importantes en termes d'équipements culturels publics. Les cartes permettent d'établir l'existence de zones blanches du service public culturel. Il s'agit de bassins de vie dans lesquels il y a moins d'un équipement culturel public pour 10 000 habitants. Le Ministère en fera des « territoires culturels prioritaires », vers lesquels seront déployés de nouveaux moyens au service d'une politique publique de circulation des artistes et des oeuvres. Au nombre de quatre-vingt-six, la moitié de ces « territoires culturels prioritaires » sont concentrés dans huit départements : l'Eure, le Loiret, la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, la Moselle, les Vosges et la Réunion. Pour repenser l'aménagement culturel du territoire, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a proposé un plan fondé sur l'itinérance. Le plan « Culture près de chez vous » s'appuie sur trois piliers : artistes et culture sur les routes de France, mobilité des oeuvres, déploiement à travers toute la France des « Micro-Folies », musées numériques de proximité. Ce plan mobilisera des moyens nouveaux de la part du ministère de la Culture soit 6,5 millions de crédits déconcentrés supplémentaires dès 2018 avec un accroissement tous les ans pour atteindre 10 millions en 2022.

Rappelons qu’aujourd’hui, une forte concentration des moyens budgétaires du ministère de la Culture se situe à Paris et en Ile-de-France où sont dépensés 139 euros par habitant et par an contre 15 euros par habitant et par an hors Ile-de-France.

 

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

  • Entretien avec François Pupponi Président de l’Anru
    Entretien avec François Pupponi Président de l’Anru Depuis sa création en 2004, l’agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) met en oeuvre des projets de renouvellement urbain afin de transformer les conditions de vie de millions d’habitants. Le nouveau président de l’Agence, François Pupponi, compte agir à une autre échelle et entend, notamment, s’impliquer dans les questions d’emploi, de logement mais aussi d’attractivité des quartiers. Vous avez été nommé président de l’Anru par décret du président de la République en date du 5 novembre 2014. Quelles sont…