Collectivités locales
Vue des champs environnant la décharge à ciel ouvert d'Entressen (Bouches-du-Rhône) Vue des champs environnant la décharge à ciel ouvert d'Entressen (Bouches-du-Rhône)

Les villes et les régions demandent une réduction de 80 % des sacs en plastique

Alors que près de 100 milliards de sacs en plastique sont utilisés chaque année, le Comité des régions a adopté un rapport proposant des objectifs beaucoup plus ambitieux que ceux de la Commission européenne. Le Comité demande que l'on interdise purement et simplement les sacs en plastique gratuits d'ici 2020, que l'on fixe à l'échelon européen des objectifs contraignants visant à réduire l'utilisation de sacs en plastique à usage unique. Il est largement admis que des mesures doivent être prises pour réduire le nombre toujours croissant de sacs en plastique utilisés dans l'UE. Les estimations indiquent que le citoyen européen utilise chaque année en moyenne 198 sacs en plastique à poignées, dont 90 % de sacs en plastique légers. Mais le choix de l'approche que doit adopter l'UE en la matière fait l'objet d'intenses débats. La question était au cœur des discussions sur un rapport élaboré par Linda Gillham (UK), membre du conseil municipal de Runnymede, adopté à l'unanimité par le Comité. Le rapport reconnaît que les États membres ont déjà mis en œuvre toute une série de mesures, de la possibilité de faire payer les sacs en plastique en Belgique, au Danemark et en Irlande, à l'interdiction pure et simple des sacs à poignées non biodégradables en Italie. Les membres du Comité ont toutefois indiqué qu'il était nécessaire de prendre des mesures pour faire face aux différences marquées d'usage des sacs en plastique entre les États membres. Dans certains pays (Danemark, Finlande), la moyenne est de 4 sacs en plastique par personne et par an, alors que dans d'autres, (Pologne, Portugal et Slovaquie), elle s'élève à 466.

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

  • « Nous militons pour que la commune réinvente son modèle »
    « Nous militons pour que la commune réinvente son modèle » Elle est secrétaire générale de l’association des maires d’Île-de-France (Amif). Il en est le premier vice-président. Sylvine Thomassin et Jacques JP Martin, respectivement maire de Bondy (93) et maire de Nogent-sur- Marne (94), livrent leurs réflexions sur la construction de la métropole du Grand Paris, la ruralité, le logement, l’implication des élus franciliens dans la candidature de Paris aux JO 2024 ou encore l’absence des questions communales dans les débats de l’élection présidentielle. Entretien.    Dans quelques semaines aura lieu…