Collectivités locales
76% de la population francilienne vit dans une zone déficitaire en offre de soin médicale. 76% de la population francilienne vit dans une zone déficitaire en offre de soin médicale. DR

Un rapport sur les déserts médicaux en Île-de-France

L'Observatoire régional de santé d'Île-de-France (ORS ÎdF) vient de publier un nouveau rapport. Il montre, une nouvelle fois, que les difficultés d'accès aux soins de ville ne touchent pas que les communes rurales isolées. Entre 2007 et 2016, la région a perdu 18,7 % de ses médecins généralistes libéraux en activité (selon le dernier atlas du Conseil national de l'Ordre des médecins). A la diminution des effectifs s'ajoute une baisse de l'activité des médecins. Selon le rapport, « les nouvelles générations de médecins n'acceptent plus de faire des journées de 15 heures et d'être disponibles soirs et week-ends (même s'ils conservent un temps de travail important) ». De ce fait, la baisse de l'offre libérale de soins de premier recours est d'une ampleur plus importante que la seule baisse des effectifs de médecins. Enfin, les difficultés d'accès aux soins de ville de premiers recours sont encore renforcées par l'inégale répartition des médecins sur le territoire, souligne le rapport. Quand on regarde les densités médicales libérales, spécialité par spécialité, « le département rural de la Seine-et-Marne et le département socialement défavorisé de la Seine-Saint-Denis apparaissent quasiment systématiquement en queue de distribution française ou francilienne ».

Pour en savoir plus.

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

  • Marie-France Beaufils, présidente du CEPRI et maire de Saint-Pierre-des-Corps : "Le risque d’inondation doit être l’affaire de tous "
    Marie-France Beaufils, présidente du CEPRI et maire de Saint-Pierre-des-Corps : "Le risque d’inondation doit être l’affaire de tous " Depuis 10 ans, le Centre Européen de prévention de Risque d'Inondation (CEPRI) accompagne les collectivités territoriales dans leurs réflexions sur le risque d’inondation. Les intempéries du mois de juin 2016, ses causes inattendues et les nombreux dégâts occasionnés, n’ont fait que renforcer l’idée qu’une réflexion nouvelle devait être engagée.  Quelles sont vos réflexions suite aux inondations qui ont touché de nombreuses communes françaises et occasionné de nombreux de dégâts ? Les inondations récentes ont eu pour caractéristique principale une forte densité…