Collectivités locales
L'APVF s'inquiète également d'un désengagement de l'Etat en matière de sécurité publique L'APVF s'inquiète également d'un désengagement de l'Etat en matière de sécurité publique DR - Kevin.B

Sécurité publique : les préconisations du rapport Thourot-Fauvergue inquiète les maires de petites villes

Le Bureau de l’Association des petites villes de France (APVF) a réagi aux conclusions du rapport des députés Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue intitulé « D’un continuum de sécurité vers une sécurité globale ». Ce dernier souhaite favoriser une meilleure articulation du travail des forces de l’ordre nationales, des polices municipales et des entreprises de sécurité ainsi qu’une montée en puissance des polices municipales. Toutefois, l’APVF s’inquiète du parti pris « largement intercommunaliste », voire « étatiste », des préconisations du rapport Thourot-Fauvergue. Pour l’APVF, plusieurs propositions visent en l’état à créer les conditions d’un transfert des polices municipales au sein du giron intercommunal. « Une piste qui n’apparaît la plus adaptée à la diversité des contextes locaux », selon l’association. Par ailleurs, les rapporteurs proposent l’armement obligatoire des policiers municipaux sauf décision motivée du maire. Une préconisation à laquelle l’APVF s’oppose, « dans la mesure où l’état du droit pose le maire comme coordinateur de la prévention de la délinquance, et non comme le garant de la sécurité civile, qui relève des pouvoirs régaliens de l’Etat ». L’APVF rappelle, enfin, que les élus locaux sont demandeurs d’une présence renforcée des effectifs de polices nationales et de gendarmerie sur le terrain auprès des concitoyens.

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

  • Entretien avec Joël Baud-Grasset président de la Fédération nationale des CAUE
    Entretien avec Joël Baud-Grasset président de la Fédération nationale des CAUE Particuliers, élus, agents des services de l’État… nous sommes tous bénéficiaires directement ou indirectement des service de proximité du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE), dont les compétences contribuent, chaque jour, à l’amélioration du cadre de vie. Son éventuelle remise en cause n’est plus qu’un mauvais souvenir. Mieux encore, les politiques et les spécialistes ne tarissent plus d’éloges à son égard. C’est non sans une certaine fi erté que Joël Baud-Grasset, récemment élu à la tête de la Fédération…