Collectivités locales
Plusieurs petites antennes ont été installées dans du mobilier urbain Plusieurs petites antennes ont été installées dans du mobilier urbain © ANFR

De petites antennes pour l’accès au très haut débit mobile pour tous : bilan de l’expérimentation d’Annecy

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) publie les premiers résultats de l’étude sur les petites antennes pour favoriser l’accès au très haut débit mobile pour tous. Une expérimentation a été menée à Annecy (74) du 11 janvier 2017 au 13 février 2017 sur le réseau 4G de l’opérateur Orange. De nombreux relevés ont été effectués à Annecy pour mesurer les débits dans le sens montant, les niveaux de puissance reçus et transmis par les téléphones portables ainsi que les niveaux d’exposition aux ondes électromagnétiques au voisinage des petites antennes. Il s'agit de tirer de premiers enseignements sur le déploiement d’un réseau d’antennes à faible puissance en milieu urbain, en complément du réseau mobile actuel composé d’antennes « macro ». Il en ressort que le déploiement de petites antennes permet d’améliorer les débits dans le sens montant (téléphone vers antenne) d’un facteur qui peut aller jusqu’à cinq selon la couverture des antennes « macro » préexistantes ; que les puissances d’émission du téléphone portable sont fortement atténuées (d’un facteur deux à cinq selon la configuration) ; et que le niveau moyen d’exposition du public aux ondes avec le réseau des petites antennes reste comparable à celui mesuré en leur absence. Il reste très faible, entre 0,1 V/m et 0,3 V/m, et, dans le cas du quartier étudié à Annecy, toujours inférieur au niveau d’exposition moyen observé en milieu urbain en France en 2016 (0,7 V/m). Ce dispositif de petites antennes préfigure les réseaux de demain, envisagés notamment pour l’arrivée de la 5G et de plus hauts débits en mobilité.

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter