Collectivités locales
Pour l'Avicca, les objectifs de déploiement en l'état actuel ne seront pas tenus Pour l'Avicca, les objectifs de déploiement en l'état actuel ne seront pas tenus DR

Chiffres du FttH en France : une croissance trop molle pour l'Avicca

Tous les trimestres, les données de l’observatoire du haut et du très haut débit de l’ARCEP montrent une certaine croissance des constructions de prises Ftth et de leur commercialisation. Mais c'est encore loin de suffire à tenir les objectifs du Plan France THD, selon l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l'audiovisuel (Avicca). Sur les « engagements » des opérateurs privés d’avoir fini la zone AMII en 2020, les statistiques révèlent qu'à moins de 4 ans des échéances, trois quarts des prises restent à construire. Les prévisions de l’Agence du numérique montrent même qu’en comptant sur une accélération, plus de 3 millions de prises seraient à réaliser après 2020 ! Comme il s’agit des plus coûteuses, le doute s’installerait chez des élus locaux et la colère pourrait monter pour les entreprises et particuliers concernés, souvent déjà mal desservis en cuivre. Par ailleurs, Le cap des 1 000 communes en déploiement à l’initiative des collectivités vient d’être franchi, mais avec difficultés. Les prises que les collectivités ont à construire sont en moyenne 3,5 fois plus longues et coûteuses que celles de la zone privée. « Vu les conditions actuelles d’utilisation du génie civil d’Orange, il faudra que l’ARCEP accentue fortement sa pression pour que le rythme décolle », commente l’Avicca. Au total, le volume annuel de construction passe de 2,1 à 2,2 millions de prises. Il en faudrait une moyenne de 3,2 pour tenir l’objectif du Plan en 2022 ; en restant au rythme actuel, nous en serions à 12,8 millions au lieu de 26,6 à cette échéance.

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

  • Entretien avec Vincent Strubel, sous-directeur « expertise » de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI)
    Entretien avec Vincent Strubel,  sous-directeur « expertise » de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI)   ↵ Le terme cybersécurité est employé de plus en plus souvent, de quoi parle-t-on exactement ? Qu’il s’agisse d’ordinateurs, de tablettes, d’objets connectés, de réseaux informatiques ou de télécommunications, toutes ces nouvelles technologies dont nous sommes de plus en plus dépendants envahissent notre société, notre économie et l’ensemble de nos activités. Cette dépendance comporte des risques accrus qui doivent être appréhendés. Cette prise en compte repose autant sur des actions de prévention que sur une capacité de réaction. Soit un ensemble…
18/09/2018 - 20/09/2018
Salon vert
19/09/2018 - 19/09/2018
colloque : ouverture et valorisation des données
19/09/2018 - 19/09/2018
Conférence des Villes