Collectivités locales
La google car, véhicule autonome La google car, véhicule autonome DR

Une étude sur l'impact des véhicules autonomes dans les métropoles

Arcadis, société spécialisée dans le conseil et l’ingénierie de la conception, a présenté, à l’occasion de sa conférence « Véhicules autonomes, quel impact pour le Grand Paris », les résultats de son étude Driverless Future: A Roadmap for City Leaders. Cette étude, coréalisée par Arcadis, HR&A et Sam Schwartz, défriche la question spécifique de l’impact des véhicules autonomes sur les pratiques de mobilité et donc sur les villes. Ainsi, avec l’introduction des véhicules autonomes, l’utilisation de systèmes de partage de véhicules pourrait devenir une alternative économiquement et pratiquement viable à la possession d’une voiture. Cela pourrait amener beaucoup de personnes à se passer de la possession d’une voiture à la faveur des autres options de mobilité disponibles. Pour Paris, cela pourrait représenter une réduction de la moitié du parc de véhicules particuliers, soit près de 2,5 millions de voitures individuelles privées de moins sur les routes du Grand Paris. « Notre étude souligne qu’il y a beaucoup d’effets positifs à attendre des véhicules autonomes, mais qu’il y aussi des risques et effets pernicieux en matière de gestion urbaine. Il est essentiel de comprendre les mécanismes pour comprendre cet ensemble d’effets », expliquent Stéphane Kirkland et Nicolas Boffi, tous deux City Executives pour Paris chez Arcadis. Ils concluent : « Seules les villes qui auront compris et anticipé les enjeux du passage au véhicule autonome en tireront pleinement profit ; les autres pourraient en pâtir en perdant en qualité de vie, en compétitivité économique, et même en durabilité environnementale. »

Pour télécharger l'étude.

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

  • Thomas Rougier, la Banque Postale : « Maintenir le niveau d'investissement va être difficile pour les collectivités »
    Thomas Rougier, la Banque Postale : « Maintenir le niveau d'investissement va être difficile pour les collectivités » 3 questions à Thomas Rougier, directeur des études de la Banque Postale Dans la note de conjoncture sur les finances locales de la Banque Postale, vous avez analysé de près les budgets des collectivités locales. Quels constats en tirez-vous ? Thomas Rougier : Le premier constat est celui de la baisse de l'épargne brute et ce pour la troisième année consécutive. Cette année, cette baisse se monte à 8% sur l'ensemble des communes. Cela comprend les intercommunalités qui étaient en phase de…