Collectivités locales
Les villes moyennes inquiètes pour l’avenir du transport ferroviaire DR

Les villes moyennes inquiètes pour l’avenir du transport ferroviaire

Une délégation de maires de Villes de France* conduite par Caroline Cayeux, sa présidente, vient de rencontrer Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports, pour lui exprimer ses plus vives inquiétudes concernant le rapport de M. Jean-Cyril Spinetta, consacré à l'Avenir du transport ferroviaire. Ce rapport propose une réorganisation des dessertes ferroviaires en fonction des coûts de remise à niveau de l’infrastructure, conduisant notamment à une réduction brutale des dessertes ferroviaires dans les villes moyennes. Une vision lourde de conséquences en matière de grande vitesse, selon les maires de Villes de France, qui craignent un déclassement des villes concernées et de leurs territoires ruraux environnants ainsi qu’une élévation rapide du sentiment de relégation des populations. Ils entendent défendre une tout autre vision de la mobilité, qui ne se résume pas exclusivement aux métropoles et au Transilien. Ainsi, ils appellent de leurs voeux l’adoption rapide d’un schéma de service de transport des voyageurs, adapté à la réalité du réseau de lignes nationales secondaires. Villes de France souhaite également que soient mieux précisées les obligations de service public qui seront imposées aux opérateurs pour les dessertes déficitaires.

* : La délégation était conduite par Caroline Cayeux, maire de Beauvais, présidente de Villes de France, Jean-François Debat, maire de Bourg-en-Bresse, président délégué de Villes de France, Pierre Méhaignerie, ancien ministre, maire de Vitré, Frédéric Chéreau, maire de Douai et Frédéric Leturque, maire d’Arras, conseiller régional des Hauts-de-France

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

  • Entretien avec Vincent Strubel, sous-directeur « expertise » de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI)
    Entretien avec Vincent Strubel,  sous-directeur « expertise » de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI)   ↵ Le terme cybersécurité est employé de plus en plus souvent, de quoi parle-t-on exactement ? Qu’il s’agisse d’ordinateurs, de tablettes, d’objets connectés, de réseaux informatiques ou de télécommunications, toutes ces nouvelles technologies dont nous sommes de plus en plus dépendants envahissent notre société, notre économie et l’ensemble de nos activités. Cette dépendance comporte des risques accrus qui doivent être appréhendés. Cette prise en compte repose autant sur des actions de prévention que sur une capacité de réaction. Soit un ensemble…