Collectivités locales

Ile-de-France La ville de Melun crée un nouveau service: Ressources et Fluides

Suite à une baisse notable des investissements sur les trois dernières années, la Ville de Melun a engagé en 2014, à la demande du maire Gérard Millet, une réflexion en profondeur sur l’organisation de ses services techniques. D’où la création d’un service spécifique Ressources et Fluides.

Cette structure fonctionnelle, rare pour une collectivité de la taille de Melun (40 491 habitants), s’est tout simplement substituée à un bureau d’études. « Avant de passer à la phase opérationnelle des travaux, il faut réaliser des études, des montages d’opérations en termes de faisabilité, de conception d’ouvrages, etc. Des contraintes économiques nous ont poussés à la création du service Ressources et Fluides » précise Jérôme Olzier, directeur général des services techniques de Melun.

La réflexion conduite par l’équipe municipale a pour objectif d’optimiser la direction générale des services techniques, tant en fonctionnement qu’en coût de charge du personnel. « J’ai donc trouvé opportun de dissoudre le bureau d’études, d’intégrer la partie liée aux études aux directions bâtiments et infrastructures, avec des personnes qui gèrent désormais le montage des études, le suivi des opérations et des chantiers » ajoute Jérôme Olzier.

Avoir une meilleure maîtrise du patrimoine et engendrer des économies à terme, tels sont les objectifs de ce nouveau service. Il se décline en deux volets distincts : « les ressources » qui délivrent une vision exhaustive sur toutes les données graphiques et techniques du patrimoine communal, et « les fluides », dont la mission est la centralisation de l’ensemble des factures d’énergie. « Nous avions besoin d’avoir une vision globale des données graphiques et techniques, qui jusqu’à présent étaient dispersées, à la fois au service technique et dans les différents services opérationnels. Par exemple, le service voirie possédait des données techniques et graphiques sur la gestion de son patrimoine ; c’était aussi le cas du service bâtiment et d’autres directions de la Ville de Melun, où chacun dans son domaine d’activité a des prérogatives de données. Toutes ces données étaient éparpillées » explique Christine Bayard, chef du service Ressources et Fluides. Dans une optique d’optimisation de la gestion du patrimoine, il était logique de rassembler l’ensemble des données au sein d’une seule et même entité de gestion commune. Le service pourra ainsi alimenter les autres services de la commune, voire des services institutionnels externes. À l’inverse, il fallait que les services gestionnaires puissent communiquer des données pour enrichir cette base de données dynamique de gestion de patrimoine.

L’arrivée de ce nouveau service devrait avoir un fort impact sur l’investissement, dans la mesure où celui-ci confinera une vision globale du patrimoine, conduisant ainsi les différents services de la ville à ne pas engager des actions « singulières », sans avoir toutes les données nécessaires. La centralisation des données permettra d’une manière générale d’éviter une déficience dans les procédures, allant même jusqu’à les accélérer. « Cela nous permettra d’avoir une connaissance de l’ensemble du patrimoine et de maîtriser les actions entreprises en fonction des besoins d’intervention à tous les niveaux. À partir du moment où nous serons dans une démarche de maîtrise et de prospective, nous pourrons lancer des programmes pluriannuels d’investissements » affirme Jérôme Olzier.

En termes de fonctionnement interne, le gain de temps est indéniable. Des données éparpillées et gérées par différents services et acteurs de la vie municipale ne peuvent que représenter une source de recherches chronophage. « À partir du moment où une seule entité gère l’ensemble des données, chacun sait à qui s’adresser pour communiquer ou rechercher des informations » souligne Jérôme Olzier.

En tant que collectivité territoriale, la Ville de Melun gère des contrats d’exploitation, des contrats en lien avec les différents concessionnaires qui opèrent sur les réseaux de gestion de fluides de la ville, tel le contrat de délégation de service public de l’eau, le contrat de performance énergétique, ou encore les différents contrats énergétiques de fluides, de gaz et d’électricité.

À l’image de la gestion des ressources, l’idée est de créer un service ayant une vision globale de l’ensemble de ces contrats plutôt que des entités singulières qui gèrent des contrats pour différents volets (sociaux, scolaire, etc). Ce regroupement de contrats facilitera la stratégie d’achat de fluides, qui se fera à l’échelle de la commune et non plus à titre particulier, en l’occurrence, à l’échelle d’un service qui ne gère qu’une partie du patrimoine.

D’autres acteurs comme les fournisseurs d’énergie et opérateurs télécoms intervenant dans la ville pour effectuer des travaux ou des renouvellements de leurs réseaux de distribution, pourront à leur tour compter sur le savoir-faire du service Fluides. Ce dernier sera capable de leur donner une vision d’ensemble sur leurs actions en partenariat avec la ville. Autre avantage, le service pourra se coordonner directement avec le distributeur en cas de travaux à effectuer.

Le service Ressources et Fluides aura donc pour fonction première la mise en réseau interne d’informations dispersées. Il s’inscrit dans une démarche de décloisonnement, une logique de gestion globale qui conduira à une politique de gestion patrimoniale efficace, de rationalisation et d’optimisation.

Sophia Salhy

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

Pas d'événement