Collectivités locales

Liffré pionnière dans les démarches liées à la nutrition et l’environnement

Soucieuse d’améliorer la qualité nutritionnelle des aliments servis dans ses cantines scolaires et d’agir en faveur de l’environnement, la ville de Liff ré (35) vient de sceller un partenariat novateur avec l’association Bleu-Blanc- Coeur dont la vocation est de répondre à des objectifs de santé publique et d’environnement en améliorant les modes de production agricole.

Cette petite ville bretonne de 7 300 habitants a fait le choix d’inscrire ses achats alimentaires dans une démarche visant à favoriser la qualité nutritionnelle et gustative des repas préparés et servis par les agents de la ville aux enfants de la commune afi n d’éveiller leur goût et prendre soin de leur santé.

Avec près de 82 000 repas servis sur une année en restauration municipale, dans les écoles mais aussi dans les crèches et les maisons de retraite, la démarche est d’une grande importance pour la ville. « Nous achetons 90 % de nos produits en local dans un rayon de 150 kilomètres. Nous procédons ainsi sur les achats depuis une dizaine d’années. Nous avons commencé bien avant la mode. Cela fait deux ans que nous travaillons avec Bleu-Blanc-Coeur » explique Loïg Chesnais-Girard, maire de Liff ré. « Bleu-Blanc-Coeur travaille avec les éleveurs et propose une méthode de calcul qui permet, par l’alimentation, de réduire la production de méthane de l’animal, qui est ensuite valorisée en tonnes de CO2. Nous avons la chance d’avoir trois éleveurs sur Liffré qui se sont engagés dans la démarche pour réduire leur production de CO2 » ajoute-t-il.

Le partenariat avec l’association Bleu- Blanc-Coeur se situe dans cett e dynamique et vient également conforter une approche globale de la relation qu’une collectivité se doit d’entretenir avec la préservation de la planète et le bien-être de ses habitants.

Dans le cadre du contrat rédigé par Bleu-Blanc-Coeur, la commune de Liff ré s’engage à valoriser les eff orts des éleveurs laitiers en faveur de la nutrition et de l’environnement. La ville s’engage notamment à acheter exclusivement du beurre Bleu-Blanc-Coeur pour sa restauration scolaire. Ce beurre est produit par des producteurs du département qui livrent leur lait à la beurrerie de la laiterie Coralis-Agrilait à Cesson-Sévigné (35). Le restaurant municipal introduit par ailleurs chaque année dans ses menus 300 kg de viande de porc, 300 kg de viande de boeuf et 400 kg de volailles tous estampillés Bleu-Blanc-Coeur.

Enfin, la ville de Liff ré a développé, comme beaucoup de collectivités un plan d’action pour éviter que le climat ne change trop, afi n que chacun prenne sa part à l’eff ort environnemental, donc une réduction des consommations énergétiques, la production d’électricité sur les bâtiments avec des panneaux solaires, etc. C’est dans cett e démarche que la ville a fait le choix de consacrer un budget à La commune de Liffré s’engage à valoriser les efforts des éleveurs laitiers en faveur de la nutrition et de l’environnement. Liffré. DR DR 40 — nº 467 l’achat des équivalences CO2 pour compenser les propres productions de la ville comme le font les grandes entreprises. Ainsi, chaque tonne de méthane non émis dans l’atmosphère par les éleveurs laitiers de la commune sera rachetée sur la base de 375 € la tonne soit 15 € par tonne de CO2, pour encourager les producteurs de lait à s’engager dans la voie de la mesure d’abord, de la réduction ensuite. Une subvention de 3 000 € sera aff ectée par la municipalité pour cett e action pour l’année 2015 et sera reconduite les années suivantes. « La somme que nous reversons annuellement à l’association profi te à des agriculteurs du territoire qui font l’eff ort de changer leurs pratiques pour réduire leur production de CO2. C’est du local, du circulaire et du direct » se réjouit le maire.

En somme, l’engagement de la ville permett ra d’améliorer la qualité nutritionnelle des laits et des produits laitiers servis dans ses restaurants scolaires, de diminuer les gaz à eff et de serre au niveau de la production agricole, de favoriser les eff orts des producteurs et d’initier un cercle vertueux en faveur d’une amélioration des modes de production agricole. Le maire précise toutefois que « tous les produits utilisés dans les restaurants municipaux ne sont pas Bleu-Blanc-Coeur. Nous faisons aussi des achats bio, des achats conventionnels avec les agricu lteurs que nous connaissons sur le territoire. L’objectif n’est pas d’être dans l’exclusivité. Notre démarche consiste à travailler en équilibrant les choses, en montrant que nous pouvons accompagner un agriculteur qui fait des eff orts pour réduire son empeinte environnementale ». La réduction des gaz à eff et de serre sur la commune sera comptabilisée grâce à un compteur municipal « éco-nutrition » qui détermine de façon chiff rée l’impact de l’utilisation de produits Bleu- Blanc-Coeur en matière de nutrition, de réchauff ement climatique et de biodiversité.

Selon le maire, « le monde agricole vit des moments diffi ciles. Leur montrer qu’on a besoin d’eux, qu’on participe ensemble à une économie locale c’est redonner de la fierté aux gens. C’est un beau projet ».

Connectez-vous pour commenter

Découvrir

Feuilleter le magazine

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

  • Stéphane Beaudet président de l’Association des maires d’Île-de-France
    Stéphane Beaudet président de l’Association des maires d’Île-de-France À quelques jours de la vingtième édition du salon des maires d’Île-de- France, qui se tiendra à Paris les 12,13 et 14 avril, Stéphane Beaudet, président de l’Association des maires d’Île-de-France (AMIF), revient en détail sur les particularités des communes franciliennes, leurs attentes et les défi s qu’elles devront relever dans un proche avenir.   Vous êtes à la tête de l’Association des maires d’Île-de-France depuis un an et demi, quels chantiers avez-vous mis en oeuvre ? L’AMIF était l’un des interlocuteurs privilégiés…
Pas d'événement