Des écoles de plus en plus connectées

Les nouvelles technologies commencent à s’inviter dans les classes des écoles. Écrans numériques inter­actifs, robots, imprimantes 3D, bâtiments intelligents et adaptés à l’âge des en­fants… L’enseignement 3.0 est en marche, même si cette évolution met du temps à se concrétiser dans l’ensemble du pays.

LES ENI REMPLACENT LES BONS VIEUX TABLEAUX NOIRS
Oubliez les vidéoprojecteurs et les tableaux numériques interactifs, place aux écrans numériques interactifs. Ces appa­reils, qui n’ont pas besoin d’être raccordés à un ordinateur, fonc­tionnent comme une tablette tactile. Un stylet ou même un doigt per­mettent d’écrire ce que l’on veut sur l’écran, dont la taille peut atteindre 86 pouces (218 cm). Ce support permet notamment d’af.cher les pages d’un livre ou d’un manuel scolaire, de diffuser des vidéos ou tout autre contenu multimédia, de faire des exercices interactifs ou d’effectuer une recherche docu­mentaire sur la Toile grâce à une connexion Ethernet et Wi. intégrée. Les ENI comprennent entre dix et vingt points de contact en fonction du modèle et leur mode antire.et ainsi que la fonction rétroéclairage assurent une excellente qualité de l’image.

DE GRANDES FENÊTRES POUR RESPIRER UN AIR PLUS PUR
La capacité d’apprentissage des enfants est améliorée de 15 % dans les écoles dont l’air intérieur est sain. Fort de ce constat, plusieurs entreprises, dont Velux, ont mis au point des fenêtres motorisées qui aèrent les bâtiments de façon contrôlée et séquencée, grâce à des programmes d’ouverture et de fermeture personnalisables. L’option « Ventilation » permet d’ouvrir automatique-ment les fenêtres pendant quinze minutes, et le programme « Qualité de l’air » fait circuler un léger flux d’air plusieurs fois par jour dans les classes et les couloirs. En cas de pluie, les fenêtres se referment toutes seules grâce à un capteur situé à l’extérieur.

LES ROBOTS AU SERVICE DES ENFANTS
Peu à peu, les robots entrent dans les classes. Les machines et les objets pro-grammés sont partout dans notre quoti-dien. Des kits robotiques composés de briques et de pièces qui s’emboîtent entre elles permettent aux enfants, de l’école maternelle au lycée, à comprendre le fonctionnement des objets qui les entourent tout en laissant libre cours à leur imagination. Ludiques et éducatifs, ces robots permettent aux élèves de s’initier à la programmation grâce à des logiciels adaptés à leur âge. Plusieurs sociétés sont présentes sur ce marché, dont Microbric, Speechi, Bee-Bot et… Lego.

LES IDÉES PRENNENT FORME GRÂCE AUX IMPRIMANTES 3D
Visualiser des formes complexes issues de formules géométriques, fabriquer des modèles pour mieux comprendre le corps humain, manipuler des molécules apprises en chimie, créer des monuments mentionnés durant le cours d’histoire… L’impression 3D va devenir un outil essentiel des enseignants dans les prochaines années. Cette technologie encourage les plus jeunes en maternelle et en primaire à développer leur créativité. Dans le secondaire, ces imprimantes aident les élèves à mieux comprendre certaines théories assez complexes. Les étudiants ont, eux, tout intérêt à apprendre à utiliser ces outils avant de chercher un emploi. Une étude de Ricoh montre, en effet, que neuf enseignants supérieurs sur dix jugent que la maîtrise de l’impression 3D va être vitale pour les diplômés qui entrent sur le marché du travail.

Frédéric Thérin