L’oeil du coach – Alain Juppé : tel un roseau, plie, mais ne rompt pas

© DR

Aussi loin que l’on remonte dans la généa- logie de l’art de diriger, le corps et le visage sont érigés en objet de communication politique. Expression formelle du pouvoir, ils racontent quelque chose de l’art de gouverner. Que disent alors le visage et la posture, du nouveau membre du Conseil constitutionnel Alain Juppé ?

1. SON STYLE
Qui a dit qu’Alain Juppé était raide comme un piquet ? Depuis la sortie de son Dictionnaire amoureux de Bordeaux, en 2018, on serait tenté de réviser son jugement. L’ex-Premier ministre caricaturé en « expert-comptable » du temps de sa politique d’austérité, a su conquérir le cœur des Bordelais. Mais pour l’ensemble des Français, encore un effort M. Juppé !

2. SON REGARD
De l’aveu même de l’ex-maire de Bordeaux (33), l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris restera une blessure profonde qui ne s’est jamais vraiment refermée. De cette période qui lui vaudra de s’exiler au Canada, il a gardé un regard marquant une certaine tristesse qu’il tente de cacher par une posture droite et inaccessible. Car chez les Juppé on ne fait pas étalage de ses états d’âme.

3. SON SOURIRE
Cela fait vingt ans qu’on lui pose la même question: « Avez- vous changé? » Il y répond par un sourire qui ne cache pas sa légende d’homme cassant et arrogant. Mais son sourire en coin est devenu, au fil des épreuves judiciaires et politiques, une arme de protection massive. L’ironie aussi. Pourtant une arme qui s’est bien souvent retournée contre lui !

4. SA POSTURE
« Il faut avoir l’apparence de l’indifférence », a-t-il déclaré. L’introverti, l’inaltérable a souvent donné le sentiment qu’il ne ressentait rien, même devant son mannequin qui brûlait en place publique lors des grèves de 1995. Une posture qu’il a appris à tra- vailler dès ses premiers pas en politique, en 1976. Car l’ancien maire de Bordeaux, aujourd’hui nommé au Conseil constitutionnel, a tout, au fond, d’un affectif, mais bien trop orgueilleux ou trop sensible pour le reconnaître.

Cher(e)s abonné(es),

Dans ce contexte de crise sanitaire, nous avons pris la décision de ne plus imprimer nos éditions jusqu’à la sortie de cette période difficile. Afin que nous puissions continuer à vous fournir votre magazine par email, merci de renseigner votre adresse email ci-dessous.