3 milliards d’euros pour dynamiser les petites villes

View on a small town of Thouars, France. Many houses with towers and gray roofs among green trees and rooftops, Dukes of La Trémoïlle castle. Warm spring morning, vibrant blue sky, calm atmosphere

Trois ans après le lancement du programme Action cœur de ville dédié à la redynamisation des centre-villes de 222 villes moyennes, le ministère de la Cohésion des Territoires lance un nouveau programme destiné cette fois-ci à accompagner les communes-intercommunalités de moins de 20.000 habitants dans leurs projets de revitalisation. Baptisé « Petites villes de demain » ce programme d’une durée de six ans et porté par l’Agence nationale de la Cohésion des territoires (ANCT) est doté de 3 milliards d’euros. L’occasion d’accélérer la mise en œuvre du plan de relance dans sa partie territorialisée.

Point fort du programme, l’aide à l’ingénierie qui souvent fait défaut dans les petites communes. « Ces villes ont beaucoup d’idées, un dynamisme mais rencontrent un problème d’accès à une ingénierie, à des chefs de projets ou bureaux d’études externes ce qui constitue un frein. Il faut faire sauter ce verrou en finançant des chefs de projets et en favorisant l’accès à des prestations externes » indique-t-on dans l’entourage de la ministre. « Il est nécessaire d’avoir un chef de projets auprès du maire sur le long terme qui soit uniquement dédié au projet de revitalisation de la ville et qui travaille en transversalité ». Le programme prévoit donc le financement jusqu’à 75% du poste de chef de projet ainsi que sa formation mais aussi le financement de postes de managers de centre-ville (subvention de 40000 euros pour 2 ans), le financement de 1000 îlots de fraîcheurs et d’espaces publics plus écologiques, la création de 800 France Services, d’ici 2022 dans les communes du programme ou encore le déploiement de 500 Micro-Folies. Au total, soixante mesures concrètes d’accompagnement ont déjà été identifiées.

Du cousu main

1000 communes ou intercommunalités pourront bénéficier de ce programme dont les premiers projets seront sélectionnés dès le mois de novembre 2020. Ce sont les préfets qui définiront la méthode la plus appropriée à leur territoire, indique–t-on au ministère, en rappelant toutefois que « ce sont bien les élus qui ont la main sur leurs projets de territoires et assurent la trajectoire de leur ville». Le programme « Petites villes de demain » se veut déconcentré. Il tiendra compte des dynamiques territoriales et des actions déjà engagées dans les différentes régions et départements. Pour Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales « le programme Petites villes de demain va être un formidable accélérateur des transitions territoriales, notamment en termes d’écologie et de résilience ». Les ministères de la Cohésion des territoires et de la transition écologique, la Banque des Territoires, l’ANCT, le Cerema, l’Anah et l’ademe comptent parmi les partenaires financiers du programme.

 

Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.