« Cette crise nous oblige à une remise en question quasi journalière »

Rencontre avec Yvonic Ramis, président de l’ADGCF, l’aiguillon technique de l’intercommunalité en France et DGS de la ville de Moulins et de Moulins Communauté

Elu en novembre 2020 à la tête de l’ADGCF, Yvonic Ramis est également directeur général, depuis le 11 janvier 2021, de la ville de Moulins et de Moulins communauté. Sa mission : déployer les grands projets d’infrastructure du territoire et accompagner les élus dans la gestion de la crise sanitaire.

Quelle est la feuille de route de l’ADGCF que vous présidez ?

L’Association des Directeurs Généraux des Communautés de France (ADGCF) est un réseau professionnel d’actifs qui regroupe des membres de direction générale de toutes les formes et toutes les typologies d’intercommunalités. Notre objectif pour la mandature 2020-2023 est de renforcer notre réseau professionnel, développer l’offre de services aux adhérents, mieux valoriser les productions de l’association et intensifier nos rencontres régionales. Nous venons de mettre en place un conseil scientifique, présidé par Pascal Fortoul, notre ancien président. Nous avons également décidé la création de 3 ateliers thématiques itinérants -transition écologique et anthropocène, transition numérique et digitalisation, nouvelle chaîne de production du service public- qui donneront lieu à des colloques dans chaque région. Notre nouveau projet associatif sera l’occasion, également, de travailler sur la parité homme-femme et améliorer l’accompagnement des nouveaux collègues qui ne disposent pas toujours des codes pour travailler dans notre univers.

Et quelles sont vos ambitions pour les deux collectivités dont vous assurez la direction générale?

De grands projets structurants d’infrastructures sont en cours. Un deuxième pont sur la rivière Allier, attendu depuis des années, va enfin voir le jour sous la maîtrise d’ouvrage de l’agglomération et sera livré à mi-mandat. L’autre enjeu pour ce territoire, la route centre-europe atlantique (RCEA ) – qui est aussi la plus accidentogène de France – va enfin devenir une autoroute. Cette nouvelle infrastructure va permettre d’acter définitivement le désenclavement de notre territoire. C’est un enjeu important pour notre jeune agglomération d’accompagner ces projets autour d’une véritable animation territoriale et politique. Du côté de la ville de Moulins, nous continuerons à capitaliser sur sa dimension patrimoniale. La ville doit continuer à déployer de nouveaux équipements culturels et accroître sa visibilité sur l’activité touristique.

Quelle est votre analyse de la situation sanitaire actuelle et de ses répercussions sur les collectivités ?

Cette crise nous oblige à une remise en question quasi journalière. Il est très difficile de ne pas maîtriser ce qui va nous être demandé le lendemain. Cette imprévisibilité et cette difficulté à anticiper les coups rendent la période complexe et mentalement énergivore pour les élus et les exécutifs. Paradoxalement cette situation inédite rend l’exercice intéressant parce qu’elle nous oblige à jouer groupé faisant fi des sensibilités politique ou affective. Nous devons capitaliser sur cette capacité à se serrer les coudes.

Nourrissez-vous des craintes par rapport à cette période incertaine ?

La brutalité de la crise aura des répercussions économiques mais surtout sociales. Il va falloir que nos services publics soient plus que jamais robustes. Les licenciements, les pertes d’emploi et les non-renouvellements de contrats commencent à voir le jour depuis quelques semaines. Nous devons nous attendre à des répercussions très fortes pour les demandes sociales, mais aussi des répercussions tous azimuts y compris sur la capacité de nos usagers à tout simplement payer leurs factures et peut-être même leurs impôts locaux. Donc des pertes de recettes pour la collectivité. Quelles sera notre capacité à absorber ce choc économico-social qui risque aussi de toucher des publics que nous n’avions jamais vus jusqu’à présent ? Voilà ce qui nous pose question et les réponses, aujourd’hui, ne sont pas évidentes.

Blandine Klaas

Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.