Assises de l’eau : un nouveau pacte pour faire face au changement climatique

« Il faut arrêter de considérer l’eau comme une ressource inépuisable » a déclaré François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire en conclusion de la seconde séquence des assises de l’eau qui s’est clôturée le 1er juillet. Cette réunion aura permis de faire émerger un pacte de 23 mesures qui concernent tous les usages de l’eau qui affectent nos ressources. Plusieurs d’entre elles concernent directement le monde agricole, qui a un rôle essentiel à tenir pour faire face au dérèglement climatique. Parmi les actions préconisées, la protection des captages d’eau potable pour garantir une eau de qualité à la source ; la préservation de nos rivières et de nos milieux humides ; l’instauration d’un droit de préemption ouvert à la collectivité territoriale sur les terres agricoles situées sur ses zones de captages d’eau potable ; le triplement des volumes d’eaux non conventionnelles réutilisées d’ici 2025 en facilitant leurs usages, l’information et la sensibilisation du grand public et des acteurs économiques sur leur consommation d’eau ou encore l’extension de l’enveloppe « Aquaprêt » de la CDC / Banque des territoires aux projets de restauration des cours d’eau et milieux humides. Pour mettre en œuvre ces actions, les Agences de l’eau apporteront un soutien financier à hauteur de 5,1 Md€ sur la période 2019–2024. Elles augmenteront à partir de 2020 leur soutien à l’agriculture biologique et plus généralement, l’ensemble de la redevance pour pollution diffuse contribuera à la transition agro-écologique.