Provence-Alpes-Côte-d’Azur : La métropole niçoise parie sur la santé connectée

© Ville de Nice

Pionnières sur la santé connectée et la silver économie, la ville de Nice et la métropole de Nice-Côte-d’Azur viennent d’initier un nouveau partenariat avec le monde entrepreneurial dans le domaine de la santé. Un moyen de poursuivre les actions qui permettront d’améliorer le bien-être des citoyens et faire de Nice une référence européenne en matière de santé connectée. 

 

Le territoire azuréen au sens large fait office de démonstrateur démographique de la France avec une démographie de 10 à 12 ans en avance sur les chiffres nationaux. Les actions que nous mettons en place en faveur du vieillissement et de l’autonomie auront valeur de modèle. Dans ce cadre-là, nous essayons de nous allier avec des partenaires qui affichent les mêmes intérêts » explique Olivier Guérin, adjoint au maire de Nice délégué à la santé. C’est ainsi qu’une convention autour de la thématique de la santé connectée signée en début d’année par la ville de Nice et Engie Ineo engage l’entreprise partenaire à soutenir plusieurs projets, portés par la Ville et le CHU de Nice. Ces derniers liés à l’innovation santé permettront d’améliorer la qualité de vie des Niçois.

Concrètement, le groupe s’engage à verser 80 000 € pour le développement d’outils innovants dans le domaine de la e-santé. Pour sa part, la ville de Nice s’engage à mettre à disposition des locaux et une imprimante 3D. Parmi les nombreux projets, Engie Ineo participera au lancement d’une appli santé au service des citoyens, en complément du portail déjà existant. Elle leur apportera une multitude d’informations sur la prévention santé. Dans la cadre du projet Muse — Monitoring urbain, santé, environnement — sur la santé et l’environnement, des ateliers de sensibilisation à la préservation de la santé et de l’environnement seront mis en place à destination des enfants niçois. Par ailleurs, le groupe financera un chargé de projet dans le cadre l’espace éthique azuréen, le comité d’éthique du CHU de Nice. Il aura pour mission de démarcher, recevoir, sélectionner, instruire des dossiers de questionnements éthiques qui seront soumis, pour avis, au Comité éthique constitué de partenaires disposant d’expérience dans ce domaine.

Pour Olivier Guérin, « la santé est un enjeu collectif et très partenarial entre les différents échelons de la puissance publique ». L’échelon communal serait selon lui le meilleur échelon de proximité, permettant de s’impliquer sur les thématiques de la santé, de la formation et l’information des concitoyens.

La santé et le numérique, deux moteurs du développement économique

La santé connectée est l’un des domaines phares sur lesquels la métropole niçoise a choisi de s’appuyer pour son développement économique. Elle compte aujourd’hui deux zones d’intérêt géographique dédiées à la santé. Pour la première, il s’agit de l’opération d’intérêt national Écovallée, à l’ouest de la ville dans la plaine du Var, qui devrait attirer quelque 150 000 personnes nouvelles dans les années à venir. Cette Écovallée se développera autour de la thématique de la ville intelligente et du développement durable.

C’est un tout autre projet qui se dessine dans les quartiers est de la ville avec pour objectif de créer la cité européenne de la santé, tournée vers le bien vieillir et l’autonomie. L’idée de départ étant de donner à ce quartier une couleur de développement économique. Pour Christian Estrosi, président de la région Provence- Alpes-Côte-d’Azur et président de la Métropole Nice-Côte-d’Azur, la requalification urbaine ne peut fonctionner si seuls les aspects d’urbanisme et d’aménagement sont pris en compte. Il faut aussi y apporter de l’activité. « Ce quartier possède déjà un cluster assez puissant avec le CHU et la faculté de médecine. Le rôle de la collectivité sera de mettre en place toute la chaîne de valeur du développement économique sur ces activités, à savoir un incubateur, une pépinière d’entreprises, des hôtels, etc. », précise Olivier Guérin, adjoint à la santé.

Le 27 Delvalle est le symbole de ce quartier, un démonstrateur du numérique pour la santé et l’autonomie ouvert en 2015. Sur 800 m2, ce lieu ouvert à l’écosystème de santé local, régional et européen, a pour objectif de mettre les nouvelles technologies et l’innovation au service de l’amélioration de la santé. « C’est un living lab à l’échelle d’un quartier labellisé par l’Europe et par la Commission européenne. Il accueille, informe, forme et accompagne les professionnels et les citoyens à la santé de demain », ajoute l’élu. Véritable quartier général de la santé connectée, c’est aussi la première pierre de la Cité européenne de la Santé. Dans ce concept, les industriels se mettent au service des besoins et produisent des solutions en partenariat avec les citoyens.

Une métropole connectée

En termes d’infrastructure numérique, Nice est plutôt bien lotie. « Il faut être capable de croiser les données dont nous disposons pour piloter des politiques publiques dans l’intérêt de nos concitoyens. De grandes entreprises comme Véolia, Cisco, Engie, etc. sont nos partenaires. Elles sont toutes présentes sur le territoire. Ensemble, nous expérimentons dans de nombreux domaines. L’idée étant de faire de la métropole niçoise une vitrine reconnue ». Dans les classements mondiaux d’innovation, Nice se classe en 4e position dans le monde derrière Barcelone, Londres, New York, mais devant Singapour.

L’élu n’en oublie pas pour autant qu’une métropole connectée doit bénéficier d’infrastructures de communication. « Nous avons besoin de réseaux très haut débit partout sur notre territoire. Grâce à un partenariat avec Orange l’ensemble de la métropole sera équipée dans les mois qui viennent. C’est un enjeu pour notre métropole qui ne compte pas uniquement des villes côtières comme Nice, Cagnes-sur-Mer ou Saint-Laurent-du-Var. La métropole niçoise s’étend jusqu’au col de la Bonette à presque 2 800 m d’altitude avec des zones semi- rurales et rurales ainsi que des zones de montagne ». L’enjeu repose sur cette accessibilité numérique sur l’ensemble du territoire métropolitain et les nombreux services qui seront proposés aux citoyens métropolitains dans tous les domaines des politiques publiques.

« Notre visibilité augmente, affirme Olivier Guérin, ce qui nous permet d’intégrer des consortiums européens ». Nice- Côte d’Azur est notamment la première métropole française à rejoindre la ECHalliance, une alliance européenne de territoires et d’entreprises sur les enjeux de la santé connectée. « Nice-Côte-d’Azur est aujourd’hui une smart city mondiale reconnue, citée en exemple, qui favorise le développement des nouvelles filières économiques, tout en créant de nouveaux outils pour aider les Niçois à prendre soin de leur santé » a récemment déclaré Christian Estrosi. •