A l’occasion de ses vœux, Christophe Bouillon, président de l’association des petites villes de France (APVF), député de Seine-Maritime et maire honoraire de Canteleu, a évoqué les préoccupations des petites villes : la question cruciale des dotations en baisse pour 7% des petites villes, la taxe d’habitation, responsabilité pénale des élus ou encore l’offre de soins dans les territoires. Sur la question de la revitalisation des centres-bourgs, il a souhaité un élargissement du cercle des bénéficiaires de l’action Cœur de Ville, « car beaucoup de petites villes sont elles aussi concernées ». A propos du Grand débat national, les petites villes comptent bien faire entendre leur voix. Mais il ne s’agit pas d’être organisateurs, seulement facilitateurs. L’association apportera sa propre contribution à la réduction des fractures territoriales et sociales. Douze grandes propositions ont été formulées dans un document transmis au Président de la République, au Premier ministre et aux présidents des deux assemblées.  Elles portent sur la mobilité durable, à la transition écologique, à la lutte contre la désertification médicale qui doit devenir une priorité nationale, à la revitalisation des centres-villes et enfin en faveur d’une nouvelle solidarité territoriale.