20 M€ pour faciliter la pratique du vélo à la sortie du confinement

« Le déconfinement est le moment d’illustrer que le vélo est un mode de transport à part entière et pas seulement un loisir » estime Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire. Et invite l’Etat, les cyclistes, les collectivités territoriales, les entreprises et les associations à faire du déconfinement « un moment propice au vélo » mobilisant pour cela 20 millions d’euros dans le cadre du programme de certificat d’économie d’énergie « Alvéole » qui finance depuis 2015 la création de stationnements vélo pour tous les acteurs publics et privés d’utilité publique. Ce plan déployé en partenariat avec la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) comprendra un « coup de pouce réparation vélo » avec une prise en charge jusqu’à 50 euros d’un montant hors taxe pour la remise en état d’un vélo au sein d’un réseau de réparateurs référencés, une prise en charge jusqu’à 60% des coûts d’installation de places de stationnement temporaire pour vélo, des formations gratuites pour apprendre à circuler en sécurité ainsi que la mise en place rapide d’un forfait mobilités durables. Le ministère de la Transition écologique et solidaire encourage également le développement de pistes cyclables temporaires pour permettre aux cyclistes de se déplacer en sécurité en créant de nouvelles voies de circulation pour les vélos ou en élargissant des pistes cyclables existantes. Par ailleurs, la mise en place des aménagements sera dispensée d’autorisations préalables, notamment des Architectes des Bâtiments de France. Autre mesure d’aide aux collectivités locales, le fonds de dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) est mobilisé par les préfets pour cofinancer des pistes cyclables temporaires au cas-par-cas avec celles qui ne disposeraient pas de ressources suffisantes. Enfin, le Cerema, opérateur du ministère de la Transition écologique et solidaire, met à disposition des fiches pratiques à destination des gestionnaires de voirie.

Montreuil déjà à pied d’œuvre

Dans l’optique du déconfinement, la Ville de Montreuil (Seine-Saint-Denis) a décidé de déployer près de 8 km de pistes cyclables temporaires sur des axes structurants, offrant un réseau de déplacement alternatif. Les aménagements à réaliser sont volontairement légers (potelets souples, marquages au sol, reprises de voirie, quais bus démontables en matériaux recyclés, sécurisation des traversées piétonnes, etc.), d’exécution rapide, réversibles et aux coûts maîtrisés. La Ville se mobilise aussi, avec les acteurs locaux du vélo (commerces, associations), pour organiser la remise en état de bicyclettes « oubliées au fond des caves » afin que ce dispositif bénéficie au plus grand nombre. Pour Patrice Bessac, maire de Montreuil, « redémarrer l’activité de nos travaux et chantiers d’espaces publics par l’aménagement de pistes cyclables est une réponse vertueuse aux enjeux de mobilité liés au déconfinement et à la distanciation sociale. C’est aussi un symbole fort des solutions que les collectivités doivent bâtir pour favoriser les mobilités d’avenir et engager la transformation du monde d’après ».

Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.