À Strasbourg, le défi de la mutation des autoroutes en « parc métropolitain »

DÉCRYPTAGE. Transformer et réaménager les actuelles autoroutes A35 et A351, qui traversent la ville, en un vaste parc métropolitain, c’est le pari de l’Eurométropole de Strasbourg, qui souhaite remettre ces espaces à la disposition des habitants.

Tout le monde, dans la métropole alsacienne, est unanime et concède que l’autoroute A35, qui voit passer 180 000 véhicules quotidiennement à proximité du centre-ville de Strasbourg, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, ainsi que l’A351, doivent disparaître. Ce sont alors 560 ha d’emprises au sol sur 27 km de linéaires qu’il faudra transformer et embellir, afin de reconstituer un poumon vert, qui contribuera notamment à faire baisser les pollutions.


Cet article est réservé aux abonnés

- Vous êtes abonné(e), identifiez-vous dans la colonne de droite.

Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.