Covid-19 : Les réseaux sociaux d’entraide des villes, une réponse aux besoins urgents des populations

ACTU. Depuis le début du confinement, le nombre de visites sur les plateformes collaboratives des villes explose révélant le mouvement de solidarité face aux besoins urgents de la population fragile. Parmi les acteurs de la civic tech, Cap Collectif, la start-up déjà à la manœuvre lors du Grand débat national.

Rapprocher les initiatives et les besoins des habitants, évaluer sa faisabilité, tout en assurant un soutien opérationnel pour la mise en œuvre grâce à une entrée unique, voilà la vocation des réseaux sociaux d’entraide qui depuis l’apparition du Covid-19
poussent comme des champignons.

« Durant cette crise, beaucoup de collectivités ont souhaité accompagner les initiatives citoyennes de solidarité sur leur territoire pour permettre de traverser au mieux la période de confinement. Nous avons alors mis à leur disposition un réseau social d’entraide pour répondre aux solutions d’urgence du quotidien, comme les gardes d’enfants, les courses alimentaires, le soutien psychologique ou même les aides administratives », explique Cyril Lage président et fondateur de Cap Collectif, qui propose de mettre à disposition des villes un réseau social d’entraide gratuit.
Objectif des collectivités : faciliter la mise en relation en toute confiance. « C’est aussi l’occasion pour les collectivités d’organiser l’échange direct entre individus qui était jusque-là la prérogative des réseaux sociaux », souligne Cyril Lage.

Résultat : on dénombre pas moins de 12 250 utilisateurs en quelques semaines. De Paris, Rennes, Lille, Orléans, Mulhouse, en passant par le Havre, Poitiers, Courbevoie, Bourg-la-Reine, Villecresnes ou Meudon ce ne sont pas moins de seize villes qui ont fait appel à la start-up pour mettre à disposition de leurs administrés ce service d’échanges de pair à pair. La région Grand Est, et les départements des Deux-Sèvres, du Calvados, de la Corrèze ou de la province de Namur leur ont emboîté le pas.

« Depuis le début de l’épidémie, la ville et les associations se mobilisent active- ment pour apporter aide et soutien aux populations fragiles. Mais dans le même temps, de nombreuses et nombreux Parisiennes et Parisiens s’engagent aussi pour les autres. Grâce à ce nouveau service numérique, idee.paris.fr, nous avons pu soutenir et favoriser à plus grande échelle les réseaux d’entraide de proximité. Cette plateforme recense les initiatives de solidarité entre particuliers à Paris et a permis à de nombreux Parisiens d’aider leurs voisins de quartier ou d’immeuble », explique Pauline Véron, maire adjointe à la ville de Paris, chargée de la Démocratie locale, la participation citoyenne, la vie associative et jeunesse.

À Mulhouse, Michèle Lutz, maire de la ville a pu constater que grâce au réseau #Mulhouse, la solidarité à l’échelle lo- cale à améliorer le quotidien du confine- ment : « la crise sanitaire profonde qui affecte notre territoire a paradoxalement été à l’origine de formidables initiatives souvent spontanées de citoyens, d’associations, d’entreprises pour organiser la solidarité à l’échelle locale. Ce travail, nous souhaitons, à Mulhouse qu’il
se prolonge au-delà du confinement. Désormais, #Mulhouse se réinvente et offre l’opportunité à chaque Mulhousien d’apporter sa pierre pour imaginer et construire Mulhouse, après la crise du Covid-19. Les idées et suggestions pro- posées par chacun seront analysées et débattues, en toute transparence, par les autres utilisateurs. Elles pourront devenir des pistes de travail pour favoriser davantage la participation citoyenne. »

VERS UN DÉCONFINEMENT RÉUSSI

« Pour les collectivités, il s’agit désormais de réussir le déconfinement avec la nécessité de prendre les meilleures mesures possibles, mais de travailler aussi à leur acceptabilité par la population. Car le risque est que, sans adhésion de la celle-ci pour les semaines et les mois à venir, ces mesures ne soient pas ou peu appliquées », avertit Cyril Lage. Pour aider les collectivités, Cap Collectif rend la totalité de sa plateforme participative gratuite pendant six mois pour permettre aux collectivités d’associer leurs habitants à des démarches participatives dans une perspective de sortie de crise. Consultations citoyennes, boîtes à idées, questionnaires… Les huit applications proposées habituellement sur la plateforme sont désormais toutes accessibles pour leur permettre de mobiliser les habitants autour d’un projet collectif.

Danièle Licata

 

Cher(e)s abonné(es),

Dans ce contexte de crise sanitaire, nous avons pris la décision de ne plus imprimer nos éditions jusqu’à la sortie de cette période difficile. Afin que nous puissions continuer à vous fournir votre magazine par email, merci de renseigner votre adresse email ci-dessous.