Déchets : la majorité de centres de tri poursuivent leur activité pendant la crise sanitaire

Depuis la mise en confinement de la France, suite à l’épidémie de COVID 19, des répercussions se font ressentir dans les différentes prestations liées à la collecte sélective. Dans une note d’impact publié le 23 avril 2020, Citeo (anciennement Eco-emballages), l’éco-organisme en charge de la collecte des emballages et des papiers, présente notamment un état des lieux des 176 centres de tri répartis en France métropolitaine et en outre-mer. Selon les données recueillies par Citeo, 134 centres de tri ont confirmé la continuité de leur activité. Ces centres représentent 76% du parc des centres de tri mais on estime à 78% des capacités de traitement. « A ce jour, 43 d’entre eux ont toutefois une activité réduite par rapport à la situation habituelle, principalement due à une diminution des quantités entrantes par suite d’arrêts de la collecte sélective sur les territoires, mais également due à une diminution du débit de production induit par les règles de distance de sécurité entre salariés nécessitant la réduction du nombre de ces derniers sur les tapis de tri, nécessitant parfois une adaptation de la composition des flux triés » indique le rapport. Tandis que 3 centres sont arrêtés pour cause de travaux, indépendamment de la crise sanitaire actuelle, 39 centres de tri ont leur activité arrêtée du fait de la crise sanitaire. Les raisons invoquées ? La mise en sécurité de leur centre en vidant le stock amont, afin de limiter les risques d’incendie à ce niveau. Ces centres représentent 22% du parc des centres de tri, mais on estime à 20% la diminution des capacités de traitement.

Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.