Le confinement a permis d’améliorer la qualité de l’air en Ile-de-France

C’est le constat des évaluations menées par Airparif sur l’impact des mesures de confinement mises en place du 17 mars au 11 mai 2020 sur la pollution de l’air. Les mesures montrent une amélioration conséquente de la qualité de l’air pour les polluants réglementés, principalement issus du trafic comme le dioxyde d’azote, un polluant principalement émis par le trafic, de -20% à -35% selon les semaines et jusqu’à -50% le long du trafic. Selon l’étude, l’impact est moindre pour les particules avec une diminution de -7% qui s’explique par une influence forte de conditions météorologiques défavorables et par des sources d’émissions plus nombreuses, et pas seulement locales. Au-delà de ces polluants réglementés, l’observation des particules ultrafines (d’une taille inférieure à 100 nm) permet d’aller plus loin dans l’analyse et met en évidence une baisse de l’ordre de -30% pour ce type de particules, dont les émissions sont principalement liées aux trafics routier et aérien dans les agglomérations.

Cher(e)s abonné(es),

Dans ce contexte de crise sanitaire, nous avons pris la décision de ne plus imprimer nos éditions jusqu’à la sortie de cette période difficile. Afin que nous puissions continuer à vous fournir votre magazine par email, merci de renseigner votre adresse email ci-dessous.