Numérique : l’indispensable montée en compétence des agents territoriaux

business, education, programming, people and technology concept - close up of african american female hands typing on keyboard

Beaucoup d’agents territoriaux ne maîtrisent que partiellement leur environnement numérique. C’est le constat d’une enquête qui vise à mieux cerner leurs besoins à l’heure de la digitalisation des services publics, prévue pour 2022 et plus généralement de la transformation numérique des territoires.

Parmi les 1337 agents interrogés dans le cadre cette étude, seuls 35% ont un degré de maîtrise suffisant pour être autonome dans leurs usages numériques quelles que soient leurs missions, 27 % des répondants ont un niveau débutant et 38 % un niveau intermédiaire, soit un degré de maîtrise insuffisant pour pouvoir évoluer “sereinement” dans un environnement numérisé. C’est ce que révèle l’enquête présentée à l’occasion du forum des interconnectés organisé les 17 et 18 mars 2021 et réalisée au dernier trimestre 2020 par Pix, le service public en ligne des compétences numériques, les Interconnectés, l’association nationale de diffusion des usages numériques au service des territoires, et Syntec Numérique, le premier syndicat des entreprises du numérique afin « d’éclairer le débat sur la transformation numérique des collectivités territoriales, et en particulier sur l’enjeu des compétences numériques à maîtriser ».

L’âge, un facteur déterminant

L’étude dévoile de fortes disparités de niveaux selon les thématiques abordées. En effet, si l’on constate naturellement une maîtrise d’usages classiques comme les e-mails, le niveau de maîtrise diminue à mesure que les usages se complexifient. Ainsi, les compétences numériques en lien avec la sécurité ou la gestion des données personnelles sont encore loin d’être maîtrisées par les agents. L’étude pointe également le rôle déterminant de l’âge des agents dans le niveau de maîtrise de leur environnement numérique. Ainsi, parmi les -34 ans, seulement 9% ont un niveau débutant contre 48% chez les 55 ans et plus. Pourtant, malgré un niveau de compétence plus élevé, les -34 ans parfois trop rapidement qualifiés de digital natives, restent fragiles sur des sujets liés à la sécurité et aux données personnelles, des compétences indispensables dans le cadre de leur activité.

Enfin, si 46% des agents de catégorie A (fortement représentés parmi les répondants), les plus exposés aux outils numériques, ont un niveau autonome, plus de la moitié n’ont pas le niveau de maîtrise suffisant pour maîtriser des situations nouvelles et en comprendre les enjeux (19% ont un niveau débutant et 34% un niveau intermédiaire). Les agents de la catégorie C (35% ont un niveau débutant) affichent, eux, un intérêt marqué pour les compétences numériques : 52% d’entre eux sont en en demande de formation sur le digital. Pour les auteurs de l’étude, « il est urgent d’accompagner la transformation numérique des collectivités en offrant aux agents territoriaux des formations ambitieuses et adaptées à leurs besoins ». Mais il s’agit aussi de changer radicalement d’approche car « l’enjeu n’est pas ou plus de former à tel ou tel “outil” mais de doter chacun d’une culture numérique transverse et large, leur permettant de s’adapter à des environnements numériques en évolution permanente ».

Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.