Pays de Wissembourg : la base militaire transformée en site touristique

Le chemin des cimes long de 1 050 mètres et la tour panoramique de 29 mètres de haut offrant une vue à 360° sur la plaine du Rhin, la Forêt Noire en Allemagne et les Vosges © EAK

Aménager un site touristique structurant pour attirer des porteurs de projets sur le territoire, c’est la stratégie choisie par élus de la communauté de communes du Pays Wissembourg (67) pour reconvertir la base aérienne de Drachenbronn, un site militaire fermé par l’État en 2015.

 

L’ouverture du chemin des cimes le 22 mai 2021, une infrastructure en bois composée notamment d’une tour de 29 mètres offrant une vue à 360° sur la plaine du Rhin, la Forêt Noire en Allemagne et les Vosges du Nord, marque l’aboutissement d’un projet touristique de grande envergure commencé en 2019 et initié par la communauté de communes du Pays de Wissembourg dans le cadre du contrat de redynamisation du site de défense de Drachenbronn. « La fermeture de la base aérienne ainsi que le départ des militaires et de leur famille, soit l’équivalent de la fermeture d’une usine de 600 employés, a eu un impact économique important pour notre territoire, se souvient Serge Strappazon, président de la communauté de communes. La communauté de communes a négocié avec l’État, le département et la région un contrat de redynamisation pour la reconversion de l’ancienne base militaire. D’importantes subventions nous ont été allouées à ce titre. » Comment reconvertir une friche militaire de 30 hectares composée de bâtiments des années trente rustiques et bien loin des standards actuels ? « Nous avons dans un premier temps pensé à réhabiliter les bâtiments, une piste que nous avons rapidement écartée au profit d’un projetde développement touristique. Notre région est dotée de belles forêts et d’une nature préservée, de nombreux châteaux forts et sites d’intérêt touristique comme Wissembourg ou encore Hunspach, le village préféré des Français. Il nous manquait cependant un site touristique structurant », explique le président.

UN PROJET TOURISTIQUE DE VALORISATION DU TERRITOIRE

Sans investisseur, pas de reconversion possible. D’où l’idée de créer un site touristique emblématique capable d’attirer des porteurs de projets sur le casernement. Une stratégie payante puisque rapidement, la société allemande Erlebnis Akademie AG (EAK) décide d’installer son premier site français à Drachenbronn, un territoire au potientiel touristique intéressant : 10 millions d’habitants français et allemands dans un rayon de 150 kilomètres. « Nous leur avons vendu une parcelle de notre forêt communale que nous avions auparavant sortie du régime forestier », ajoute l’élu. L’investisseur espère accueillir chaque année 160 000 visiteurs, donc autant de consommateurs potentiels pour les commerces, restaurants et artisans de la région. D’ores et déjà, un projet de chalets familiaux est en cours de réalisation à proximité du site. Par ailleurs, six hectares de l’ancien casernement accueilleront un atelier agroalimentaire de fabrication de fonds de tartes flambées, dont la production alimentera tous les restaurants des alentours. Montant de l’investissement : 15 millions d’euros. Un investisseur suffisamment solide pour que la communauté de communes prenne en charge les travaux de déconstruction du terrain militaire, soit environ trois millions d’euros de travaux. Prochainement, un important projet de construction d’hébergements insolites en bois, les glamping pods, verra le jour.

LE CHEMIN DES CIMES, LE MOTEUR DE L’AMÉNAGEMENT

La société EAK qui exploite avec succès dix infrastructures en Europe, a construit le chemin des cimes sur ses fonds propres. « Cela faisait plusieurs années que nous cherchions un site en France. Malheureusement, nous n’avons pas pu trouver l’endroit idéal pendant long temps. Il y a deux ans, cependant, nous avons réussi à trouver un environnement propice et des partenaires engagés ici à Drachenbronn », s’est félicité le porte-parole du conseil d’administration d’EAK, Bernd Bayerköhler, à l’occasion de l’inauguration du site le 16 juillet. L’infrastructure constituée à 80 % de bois se compose d’un chemin de 1 050 mètres, d’un bâtiment multifonctionnel, d’un magasin de vente, d’un restaurant et bien sûr d’une tour panoramique de 29 mètres de haut pour une découverte sous de nouvelles perspectives des paysages de la région. Des stations d’apprentissage et d’aventure construites tout au long du parcours ainsi qu’un toboggan offrent un divertissement supplémentaire. « Cette offre complète fera du chemin des cimes une destination attrayante pour les excursionnistes comme pour les touristes », selon l’investisseur. Pour ce projet, la collectivité a réalisé la viabilisation des terrains pour amener l’eau, l’assainissement, la fibre optique et électricité, aménagé des parkings et installé la signalisation, l’accueil ainsi que le relais d’information service. Coût total des opérations : 1,3 million d’euros. Déjà, la société allemande prévoit la construction, à proximité, d’un parc aventure dont les travaux démarreront à l’automne prochain.

DÉVELOPPER LE TOURISME VERT

« C’est bien d’attirer du monde ici à Drachenbronn mais il faut aussi offrir aux touristes la possibilité de visiter les autres sites du territoire », ajoute Serge Strappazon. Parmi lesquels les vestiges de la guerre de 1870, les musées sans oublier les nombreux châteaux forts et itinéraires de randonnée. Développer le tourisme vert fait également partie de la stratégie touristique. La communauté de communes et la collectivité européenne d’Alsace ont finalisé le plan vélo qui permettra d’ici au printemps 2024 la réalisation de 70 kilomètres de pistes cyclables, « des axes structurants sur notre territoire pour les circulations douces ». Afin de structurer l’ensemble du projet et en assurer la promotion, un office de tourisme intercommunautaire, l’Alsace verte, a été créé sous la forme d’un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC). À la grande satisfaction des élus, ce projet touristique permettra la création de 130 emplois environ.

Blandine Klaas

 

Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.