Plan Très Haut Débit : la filière tient ses promesses

« La filière est bien au rendez-vous du plan France Très Haut Débit. Il a fallu quelques années pour qu’elle s’industrialise mais nous y sommes ! En 2022, nous aurons collectivement atteint l’objectif de plus de 80% des locaux fibrés dans notre pays » s’est réjoui Etienne Dugas, Président d’InfraNum qui a présenté mardi 21 mai les résultats de l’édition 2019 de l’Observatoire national du Très Haut Débit, fruit de la seule enquête terrain réalisée à une telle échelle par Idate Digiworld et à laquelle ont contribué plus de 200 industriels et collectivités.

Tandis que le cap des 4 millions de prises FTTH produites par an devrait être franchi cette année, les industriels concentrent également leurs efforts sur la montée en puissance de leurs équipes. Les prévisions sont optimistes avec des taux de remplissage dans les centres de formation encore jamais égalés.

Toutefois, la question du nombre de prises restant à connecter en THD au-delà de 2022 et dont le nombre est estimé à 6,4 millions, reste en suspens. Parmi ces 6,4 millions de prises, au moins 3 millions n’ont pas encore trouvé de financement. « Ces prises, les plus difficiles à raccorder, pourraient coûter 5,715 milliards d’euros, dont 800 millions de fonds d’Etat (soit nettement moins que les prévisions réalisées en 2017) » précise Etienne Dugas. Un appel entendu par Julien Denormandie, ministre auprès de la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités locales qui s’est engagé à étudier les modalités de financement de ce « reste à faire » désormais chiffré avec précision.

Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.