Pour le CESE, le numérique doit être une priorité nationale

Si la crise sanitaire et le confinement ont permis de souligner le caractère indispensable des services publics et leur interdépendance croissante avec le numérique, la période aura aussi permis de prendre conscience des atouts et des insuffisances ou des faiblesses de la numérisation des services publics, estime le Conseil économique, social et environnemental (CESE) dans son avis « Services publics, services au public et aménagement des territoires à l’heure du numérique ». Quant à la digitalisation, désormais au coeur de la « relation usagers », elle offre des opportunités d’améliorations considérables pour les services publics et au public mais fait naître de nouvelles inégalités, selon le document qui constate également que la couverture numérique Très Haut Débit encore trop inégale dans les territoires, la capacité des ménages à supporter les coûts d’équipement et d’abonnement, l’importance de l’illectronisme sont autant d’obstacles aux promesses importantes et avérées du numérique.

C’est pourquoi le CESE recommande de faire du numérique un service public à part entière et d’en faire une priorité nationale afin de répondre aux principes de continuité, de mutabilité, d’égalité et de neutralité. Parmi ses préconisations, la création d’un grand ministère du Numérique, la création d’une Agence du Numérique et de l’Intelligence artificielle, l’inclusion numérique pour toutes et tous ou encore l’accélération du déploiement du THD. Conscient cependant des coûts cachés de la digitalisation, le CESE alerte sur l’importance d’établir un véritable dialogue social ainsi que sur celle de réaliser des études d’impacts pour la réussite de la transition numérique.

Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.