Stopcovid : les Français réticents à l’idée de la surveillance par des outils numériques

Alors que le Premier ministre Edouard Philippe vient d’annoncer la disponibilité de l’application STOP-Covid dès le 2 juin, un outil basé sur le volontariat permettant de retrouver les utilisateurs qui ont été en contact avec une personne testée positive au Covid-19, afin de contrer l’épidémie, CARVEA Consulting et OPINEA ont interrogé les Français pour connaître leurs intentions. Ont-ils l’intention d’utiliser cette application ? Il s’avère que le pays est divisé. En effet 45% de nos compatriotes ont une posture négative vis à vis d’une telle solution et même 27% la rejette totalement, peu importe leur profil sociodémographique. Les craintes sont nombreuses : la perte de l’intimité et de la vie privée arrive en tête du classement avec 57% et même 70% parmi les plus jeunes. En expliquant qu’un traçage digital pourrait sauver plusieurs dizaines de milliers de vies et plusieurs centaines des milliers d’emplois, 16% de nos compatriotes préfèrent toujours protéger leur vie privée et leur intimité en sacrifiant les vies et les emplois. Par ailleurs, 49% des français considère qu’une telle solution devrait être imposée sans discussion ni consentement afin de sauver un maximum de vies et d’épargner des emplois.

Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.