JO 2024 : des exigences environnementales pour le futur Village olympique et paralympique

C’est au MIPIM, le marché international des professionnels de l’immobilier, qu’a été lancée mardi dernier la procédure de consultation pour la vente des terrains du futur Village olympique et paralympique. Un projet qui répond à de nombreuses exigences fixées par l’Etat, notamment d’un point de vue environnemental. Par exemple, l’ambition est de construire tous les bâtiments de moins de 9 étages en bois, au-delà seulement de cette limite les structures seront en béton et pour partie en bois. L’Etat souhaite par ailleurs que les projets CIME permettent de déployer des techniques nouvelles. Mais l’organisation des jeux Olympiques et Paralympiques doit également être exemplaire en matière d’ambitions sociales. La consultation mettra ainsi en œuvre des clauses sociales d’insertion ambitieuses : 10% des heures travaillées seront réservées à des personnes éloignées de l’emploi et s’appuiera sur le dispositif 15 000 bâtisseurs qui mobilise la filière de la formation en direction du bâtiment pour des jeunes, notamment issus des quartiers.Le projet qui s’étend des communes de Saint-Denis, Saint-Ouen-sur-Seine et de l’Île-Saint-Denis a aussi la particularité de mettre en valeur les territoires existants pour les transformer durablement, et non uniquement dans le cadre des Jeux. Ainsi, 2200 logements familiaux verront le jour, dont 25% à 40% de logements sociaux selon les communes.