Paris : des coûts de construction médians par rapport aux autres métropoles mondiales

Arcadis, société internationale d’ingénierie et de conseil pour les actifs naturels et construits, publie son rapport annuel « International Construction Cost Index 2020 ». Cet index, qui compare les coûts de construction dans 100 métropoles mondiales, propose un décryptage des facteurs expliquant les coûts par grandes zones géographiques et d’influences, ainsi qu’une analyse des grandes tendances du secteur, parmi lesquelles la crise actuelle du COVID-19 ou encore le changement climatique et la neutralité carbone.

Ainsi, les villes les plus chères sont les grandes villes européennes et américaines, loin devant les métropoles d’Asie (à l’exception de Hong Kong et Tokyo) et du Moyen-Orient. « 2019 aura été pour le marché mondial de la construction une année en demi-teinte, marquée par une croissance faible liée à la baisse des échanges commerciaux et aux incertitudes politiques. » commente Nicolas Boffi, City Executive Paris chez Arcadis. « A Paris, la dynamique des prix a été portée principalement par le génie-civil à l’approche des élections et compte tenu de la concomitance et l’intensité des grands travaux franciliens ». Du côté des projets bâtimentaires, les prix restent stables et dans les moyennes mondiales, sans être les plus élevés d’Europe : « un atout d’attractivité pour la métropole parisienne dans la compétition mondiale avec les autres villes. Paris est ainsi devenue en 2020 le 1er marché mondial de l’investissement en immobilier commercial. » ajoute Nicolas Boffi.

Le rapport aborde également la question du changement climatique et la manière dont le secteur de la construction l’a intégré à travers un panorama de projets dans les différentes métropoles. Dans une économie post-COVID19 qui s’annonce particulièrement incertaine, la question est de savoir quelle place occuperont les objectifs de neutralité carbone et, plus largement de développement durable, à l’heure où les pouvoirs publics seront focalisés sur la reprise, voire le sauvetage économique. « L’innovation dans la productivité, les modes constructifs et la chaîne logistique sera d’autant plus déterminante pour passer ce cap. Les entreprises de construction en Europe vont devoir accélérer leur transition digitale, favoriser la construction hors-site et la préfabrication, comme cela est déjà largement généralisé en Asie. » précise Nicolas Boffi.

 

Les 10 villes où le coût de construction est le plus élevé sont :

  1. Londres
  2. New York
  3. Hong Kong
  4. Genève
  5. San Francisco
  6. Copenhague
  7. Tokyo
  8. Zurich
  9. Dublin
  10. Edinburgh
Cher(e)s lecteur(trice),

Vous n’êtes pas abonné mais vous souhaitez recevoir des informations exclusives de la part de RCL, la Revue des Collectivités Locales, merci de renseigner le formulaire ci-dessous.